Qui est Stephix ?

32 ans, maman de trois enfants de 6 ans 1/2, 4 ans, et presque 1 an ! De nouveau dans le clan des working mamas, après 5 ans de congé parental. Heureuse de cette expérience, d'avoir été aussi disponible pour mes petits. Sur facebook vous me retrouverez en cherchant "les blogs de stephix", parce que j'en ai 4 et j'ai voulu les regrouper. Bonne lecture et surtout bons échanges!

[Lire la suite...]

Fourni par Blogger.

Le Top 8

Recherche

Archives

Elle avait pris du temps pour récurer sa cuisinière...
La tâche noire était bien trop encrée, elle ne pouvait lutter d'avantage. Elle replaça chaque élément et, pour gagner du temps, décida de se préparer un petit café noir, comme elle l'aimait tant. Elle sortit pour l'occasion sa petite Moka italienne en fer blanc, celle qui l'avait accompagnée tout au long de ses études romaines et qui lui rappelaient cette bonne vieille époque qu'elle regrettait tant. Pendant que la magie de la cafetière opérerait, elle aurait le temps d'aller nettoyer un peu sa salle-de-bain qui était dans un état bien crasseux. Elle tria et rangea les affaires, passa un coup d'éponge par-ci, par-là, satisfaite du résultat immédiat.

Quand soudain l'odeur du café vint lui titiller les narines, lui rappelant ainsi qu'il était l'heure de sa pause post-prandiale tant méritée ! Ni une ni deux, elle sortit de la salle de bain et courut dans la cuisine, le sourire aux lèvres, avec pour seule inquiétude que ce dernier n'ait point trop bouilli. "Café bouillu café foutu" murmura cette petite voix indécrottable dans sa tête.
Quel ne fut pas son désarroi quand elle s'aperçut que la cafetière si légère et si petite, n'avait pas supporté les secousses de l'ébullition, et s'était renversée, répendant sur sa toute propre cuisinière, une flaque brunâtre qui ne cessait de couler jusqu'au sol... Les flemmes s'étaient éteintes mais le gaz, lui, avait poursuivi sa petite balade aérienne dans toute la maison aux fenêtres closes, manquant d'asphyxier le bébé qui pleurait dans son parc...

En colère, et désespérée à la fois, voyant ce petit moment de bonheur fugace s'éloigner d'elle, elle re-nettoya sa cuisinière, et réalisa que non, dommage, le café chaud n'aidait même pas à enlever cette vieille tâche noire tenace...Fichtre !

Entêtée, avec cette seule idée qui la hantait: "réussir mon café et le boire tranquilou sur mon canapé tout doux", elle fit refroidir sa Moka sous un filet d'eau froide, rajouta de l'eau dans la cuve du fond, puis revissa l'ensemble. Elle remit la cafetière sur le gaz, sortit de la cuisine pour vérifier pourquoi son bébé continuait à pleurer et refusait de faire sa sieste, puis en profita pour lancer une machine. Avec elle, toute occasion de laver, ranger, et rendre la maison plus accueillante était bonne à prendre, et c'était autant de temps de gagné.

De nouveau l'odeur du café chatouilla ses narines. De nouveau elle se rappela que "le café c'est sacré" et qu'il fallait se dépêcher et vérifier que cette fois, il n'y avait pas eu de catastrophe.
Tout se présentait plutôt bien, et au moment de prendre la cafetière pour se servir, elle lui glissa des mains, le café bouillant se renversa...sur elle. Sur son pantalon 100% synthétique.  "Noooooon !!!" S'écria-t-elle les larmes aux yeux ! "J'en ai marre ! Ce n'est pas possible ! Qu'est-ce que j'ai fait au Bon Dieu pour mériter ça !"
Elle fila vite à la buanderie pour mettre son pantalon au sale, chercha une fois de plus à comprendre pourquoi son bébé continuait à pleurer dans la chambre attenante. Elle constata au passage, le don de son fils pour le cinéma puisqu'il simulait à la perfection l'enfant sage dormant, ne bougeant pas d'un poil, espérant tromper sa mère, un sourire en coin...Mais tant pis...Elle décida de fermer la porte de la chambre, menaçant ses petits de se transformer en monstre s'ils refusaient de dormir.

Hésitant cette fois-ci à réutiliser sa Moka, elle alluma l'autre machine, l'électrique, mais une force la poussa à l'éteindre, pour aller jusqu'au bout de ce qu'elle avait commencé. "Non ! Je veux mon café dans ma cafetière d'étudiante romaine, je veux mon petit bout d'Italie, mes souvenirs, ma Dolce Vita, mon insouciance d'antan". Pensant gagner du temps, elle ne rajouta que l'eau dans la cuve, et remit le tout sur le gaz, avec un système plus stable. Elle attendit et se réjouit de se servir enfin un bon café...
Sauf qu'une autre catastrophe arriva...Elle était allée un peu vite en besogne. Ne pas changer le café dans le filtre, même s'il était bien chargé ! Quelle bêtise ! Non, cette fois point de gaz volatile, point de flaque de café au sol ni sur le pantalon, juste un café lavasse, jus de chaussette, café de bonne soeur.
Plus têtue qu'une mule, elle recommença tout. Et à ce stade-là c'était clairement de l'acharnement. Dévisser la cafetière, la vider, la nettoyer vite fait, remettre du café, de l'eau, visser la cuve, remettre le tout sur le gaz, attendre. Cette fois-ci, plus question de s'éloigner, tout contrevenant à la paix du logis serait sévèrement puni. Au doux son du fshtrfshrfshrfshr, elle sut que cette fois c'était la bonne.

Tant de mal pour un café qui au fond ne comptait pas parmi les meilleurs qu'elle avait pu goûter...
Quand enfin elle put se poser pour le boire, elle ne put se détendre, parce que le bébé pleurait encore, sans raison apparente, parce que l'aînée posait plein de questions pour préparer une surprise pour l'anniversaire de son papa, parce que le petit acteur n'avait plus envie de dormir, parce qu'il fallait répondre à un coup de fil, puis deux, puis les abréger en se promettant de se rappeler dans 15 ans quand les enfants n'en seraient plus.

Elle comprit enfin, et pour la première fois de sa vie de mère, pourquoi ses copines mamans détestaient autant les vacances avec leurs enfants...Elles avaient juste oublier de préciser que c'était des vacances à la maison sans aucune échappatoire...

Et en plus...il faisait un temps à ne pas mettre un chien dehors...

Mon Ange

Aujourd'hui j'ai eu envie de te parler vraiment,
parce qu'aujourd'hui j'ai réalisé que tu étais aussi proche qu'un jumeau.
Tu vois ce que je vois, tu vis ce que je vis, tu entends ce que j'entends.
Tu es présent à chaque instant, y compris quand je dors.

Mon ange, toi qui as cette chance de contempler sans arrêt la face de Dieu,
toi qui peux à peu près tout faire, sauf décider des choses à ma place,
comme j'aimerais te voir et t'entendre, comme j'aimerais que ton influence
sur mes choix soit plus évidente et plus palpable.

Je me languis de te voir un jour. Je le souhaite depuis ma plus tendre enfance,
même si un temps j'étais effrayée à l'idée que quelqu'un puisse être à mes côtés
sans savoir à quoi il ressemblait ni ce qu'il pouvait me faire.
Mais aujourd'hui je désire te voir, comme dans mon enfance. Simplement.

Te voir me permettrait de ne plus jamais t'oublier,
je suis une mère de famille, j'ai mille choses à gérer au quotidien,
mille choses à penser. J'ai déjà bien du mal à faire une place à Dieu au centre de ma journée,
alors une place pour toi !!! Tu imagines ?

Et pourtant, si je te voyais, comme ma vie serait prière ! Chaque minute, chaque respiration,
tout irait vers Dieu, parce que je te verrais, je n'aurais plus d'excuse pour vous oublier,
vous, et tous les saints, tous les êtres chers à mon coeur qui sont derrière ce voile
qui m'empêche de vous voir, de vous sentir et de vous entendre.

Mon ange, demande à Dieu s'Il peut exaucer ce voeu. S'il-te-plait !
Je désire te voir, tous les jours de ma vie et dans la vie d'après.
Ô mon ange, je t'aime, et je te demande pardon de t'ignorer si souvent.
Merci pour cette protection que tu m'offres, pour mes prières que tu portes au Ciel.

Merci pour tout !
Il y a bien longtemps que je n'ai repris la plume sur mon blog. Sensation étrange mais bien agréable, ma foi, de revenir à de bonnes vieilles occupations qui m'ont attiré tant de bonnes choses par le passé (et des moins bonnes aussi mais ça fait partie du jeu, héhé !)

Aujourd'hui, après avoir essuyé les giboulets de mars, une alternance de beau soleil et de micro tempêtes de neige impressionnantes, mon âme a eu beaucoup d'occasions de s'émerveiller, et j'ai soudain eu envie de vous raconter mon bonheur de voir ma fille s'épanouir dans sa petite école hors contrat, à Tarcisius. Encore une fois oui !

Aujourd'hui elle est sortie avec son école dans la jardinerie du coin. Les élèves de la moyenne section jusqu'au CM2 (eh oui, pas pour mon loulou donc, snif) participaient à "La semaine du jardinage dans les écoles", sous le haut patronage du ministère de l'Education Nationale (mon amie pour la vie...hem...Najaaaaat !!!) et du ministère de l'Agriculture (ça sert à quoi ce ministère déjà ? à part pousser au suicide les agriculteurs, 1 tous les 2 jours...) et le tout parrainé par le Ministère de l'Environnement...Ségoooooo !! Bon allez ok j'arrête, pas de politique aujourd'hui, niarf niarf ;-)).

Lors de cette semaine, les revendeurs de matériel pour jardin, autrement dit les jardineries, qui le désirent, deviennent partenaires de l'opération, et accueillent dans leur magasin les élèves des écoles. Ils font ainsi visiter les lieux, réalisent des ateliers jardinage, en procurant tout le matériel nécessaire ainsi que de bons conseils.

La sortie de l'école à 16h30 ressemblait donc à une joyeuse foire d'empoigne, où chacun venait récupérer dans le désordre le plus total (bah oui sinon ce n'est plus aussi drôle), sa petite jardinière avec ses petites plantations. C'était donc visiblement une excellente expérience que nos petits élèves avaient vécue, à voir leur mine réjouie et leur envie de tout nous raconter.

Voici le résultat de cette heure de "pause jardinage" à Jardiland, en photo :


Jardinière avec du Thym et de la Menthe !
Sympa non ?! C'est du sérieux ! Le tablier en cadeau, tout le matériel, et un calendrier de l'Avent (??? oui oui !!)

Ma fille voulait A-BSO-LU-MENT qu'on fasse une tisane avec le fruit de son travail, alors aussitôt dit, aussitôt fait !

TADAM !

Tisane thym-menthe
J'apprécie ces petits sorties. Cette année elles se sont multipliées pour le bonheur des enfants, de leurs enseignantes, et des parents bien sûr !

L'Aquarium, la caserne des pompiers du village d'à côté, ainsi qu'une exposition sur "l'école d'autrefois". Bref, on ne s'ennuie pas à Tarcisius !

Chaque sortie correspond à un élément de la nature qui est étudié chaque trimestre. Le feu, l'eau, la terre et l'air. 
A la veille de chaque vacances est organisée une "journée autrement" où les élèves vont détendus à l'école, se déguisent sur le thème abordé, apportent un repas original toujours en rapport avec le thème, regardent un film instructif sur le sujet, participent à des ateliers etc. 

Ici on adore ça, et on en redemande ! Merci aux maîtresses grâce à qui nos enfants vivent d'enrichissantes expériences !



          Petite beauté, petite princesse, souillée par le mal en personne...Ton calvaire aura été bref, mais que garderas-tu comme souvenir de ta vie sur terre ? Que le mal est pire que ce qu'on avait pu te raconter et que tu l'as vécu dans ta propre chair... T'en parler n'aura pas suffit à te protéger, c'est allé trop vite, tu n'étais pas de taille à te défendre... C'est tombé sur toi et ça aurait pu tomber sur ta soeur, ton frère, ta meilleure amie, un enfant à l'autre bout de la planète. Le mal est une chose incompréhensible pour un cerveau humain. Surtout ce genre de mal. C'est le pire qui existe. Et tu en as été victime. Toi, petite princesse innocente qui jouait tranquillement avec les enfants de ton quartier. 

       Parce que je ne veux pas t'oublier, parce que je ne veux pas qu'on oublie ceux qui sont en ce moment-même en train de subir le même sort que toi, quelque part en France ou dans le monde, avec des sévisses parfois plus cachées, des martyrs plus longs, dans des lieux où personne ne penserait à regarder...A tous les enfants qui subissent l'horreur et dont on ne parle pas, pour lesquels on ferme les yeux et l'on refuse une enquête, à tous les enfants qui auront connu la violence dans ce qu'elle a de plus abjecte, avant de quitter ce monde...Chers petits innocents...que votre repos soit doux, que l'Eternel vous fasse oublier ce monde barbare en vous comblant d'amour et de paix. 

RIP Chloé.

Une maman qui pleure pour toi aujourd'hui, et pour tous les autres aussi...



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Ecologie

Origine Théorie du Genre

IVG Espagne caméra cachée

La Révolution Française

Les Réseaux

Me suivre par Email

Mes tweets

Design