Qui est Stephix ?

33 ans, maman de trois enfants de 7 ans, 4,5 ans, et 19 mois + 1 BB en route ! Working mama en freelance après 5 ans de congé parental. Heureuse de cette expérience, d'avoir été aussi disponible pour mes petits et d'avoir enfin réalisé mon projet: allier travail et vie de famille tout en restant chez moi. Sur facebook vous me retrouverez en cherchant "les blogs de stephix", parce que j'en ai 4 et j'ai voulu les regrouper. Bonne lecture et surtout bons échanges!

[Lire la suite...]

Fourni par Blogger.

Le Top 8

Recherche

Archives

...il te le rend en cagant!

Je vous ai déjà parlé de mon soucis pour lier amitié là où j'habite. Sans forcément chercher des amis, je cherche au moins un peu de chaleur humaine, un peu de sympathie (et là l'hiver s'annonce rude!!!)

Ma voisine proche nous a laissé un petit papier pour que nous sachions, en rentrant de notre voyage, que son mari avait eu un grave problème d'hypertension et que pompiers et samu étaient venus pour le soigner et le transporter d'urgence à l'hôpital. Qu'il n'avait donc pas pu finir les petits travaux prévus chez nous (c'est notre proprio aussi je précise).

Même si nos rapports avec le temps sont un peu moyens, j'ai quand même du soucis pour cette affaire. Je décide donc de lui envoyer un petit mail (à défaut de frapper à ses carreaux, ça c'est pas mon truc de déranger les gens chez eux sans m'annoncer), pour prendre des nouvelles et montrer que je ne suis pas indifférente. 

Je lui propose mon aide si besoin, en lui disant que même si je ne sais pas quoi faire concrètement, je reste à sa disposition, que je suis là. 

ça me parait naturel entre voisines.

Ce à quoi elle me répond: "Ne t’inquiète pas pour moi, je suis une grande fille, je me débrouille, merci en tous cas de ta proposition...."

Sur le moment, j'ai un peu tiqué, puis comme à mon habitude j'ai relativisé en me disant que, me connaissant, j'étais sûrement en train d'interpréter mal cette phrase, qu'en tant que femme je faisais vachement gaffe à la tournure de la phrase et le prenais trop à coeur, que je me trompais sûrement sur l'intention cachée derrière ce mail. J'ai donc essayé de me raisonner pour ne pas penser que cette phrase avait une connotation négative. 

Mais ça me trottait dans la tête, c'est plus fort que moi.

Le soir je demande à monsieur chéri ce qu'il en pense, lui qui est un homme et qui ne prend jamais rien à coeur, sur qui tout commentaire glisse, et qui ne chipotera jamais sur un mot ou une expression.

Surprise, il me dit qu'en effet c'est un peu limite. 

Je n'insiste donc pas auprès d'elle. Je ne réponds pas. Je me dis qu'on verra bien par la suite.

Le soir même où son mari rentre de l'hôpital, vers 23h, nous voyons des gyrophares bleus danser sur les murs de notre chambre, nos volets étant toujours entr'ouverts. Je n'allume pas la lumière pour ne pas déranger monsieur chéri qui dort. Je fais ma commère, et là, oh surprise! Les pompiers et le samu qui débarquent chez mes voisins. 

Je suis remplie de culpabilité car je n'ose pas sortir en pyj' pour aller voir ce qui se passe. Je me raisonne encore une fois en me disant que je ne ferais que gêner les professionnels, que mon voisin n'aimerait pas que je le vois dans un piètre état, et patati et patata. Je décide quand même de réveiller monsieur chéri pour lui en parler.

Il me dit: "T'inquiète pas, c'est une grande fille", sur un ton sarcastique, et se rendort (vive la compassion!)

J'ai aussi cette phrase qui résonne en moi, alors que je m'inquiète du sort de ce monsieur qui est, vu son âge et ses problèmes de santé, peut-être en train de passer l'arme à gauche.

Une fois les pompiers partis, je me décide à laisser mon sentiment de culpabilité de côté pour arriver à me reposer, car le lendemain il faut se lever tôt pour l'école. 

Ce matin, rideaux fermés chez ma voisine. Je ne veux pas déranger car je sais que le matin elle aime traîner en pyj. Je lui envoie un petit mot, toujours par le biais d'internet, pour dire que je m'inquiète et veux prendre des nouvelles de son mari. 

Mais cette fois, c'est promis, je ne propose pas mon aide ni mon soutien. En tout cas je ne l'exprime pas, même si au fond de moi, je n'ai envie que d'une chose: être utile, compatir, la soutenir. 

Suis-je dingue?

J'attends sa réponse qui ne devrait pas tarder. Mais normalement je ne devrais pas être vexée, j'aurais juste l'info que je veux, et puis, si jamais elle se réchauffe un peu, nous pourrons peut-être prendre un café ensemble et papoter, histoire qu'elle décompresse un peu et se change les idées. Parce que normalement, vu l'état de son mari, elle doit être en train de penser qu'elle va se retrouver toute seule, qu'il va la laisser là...dans cette grande maison...J'aimerais chasser ses idées noires le temps d'un petit café. Y arriverai-je? Le veut-elle? Ou est-elle heureuse de ce qui arrive, jouissant enfin de liberté sans son mari un peu chiant et trop vieux-jeu il, faut l'avouer. ça m'a traversé l'esprit...hem.

Et vous, vous en pensez quoi de tout ça ?
Parce qu'après quand même on se plaint que les Français sont indifférents envers leurs voisins, que le voisin d'à côté peut crever et rester 6 mois à décomposer dans son appart sans que personne s'en aperçoive, mais le jour où on s'intéresse au-dit voisin, il nous envoie gentiment promener. Donc quoi? Faut faire quoi?

7 commentaires :

  1. Peut-être que c'est la première fois que ça lui arrive, qu'un voisin lui propose son aide... Peut-être qu'elle est toute gênée à l'idée de te déranger, ou tout simplement de se montrer vulnérable... Mais sans doute que, même si elle ne veut pas l'utiliser, elle est rassurée et reconnaissante de savoir qu'elle n'est pas toute seule... que quelqu'un pense à elle... Je pense qu'il faut respecter sa pudeur, mais continuer à lui montrer ton soutien, par un petit mot de temps en temps... sans faire plus. C'est ce que je ferais, en tous cas...
    Moi, je suis arrivée comme une grosse andouille chez mon voisin, il y a 15 jours... Alors que j'étais chez moi, un midi, un mec déboule, ouvre la porte, me voit, la referme en vitesse, et file chez mon voisin... Merdouille, un voleur !!! Du coup, je suis gênée, mais je scrute chez mon voisin, voit mon voleur par la fenêtre du 1er, en train de s'activer, et constate que mon voisin est chez lui... Du coup, je sonne, pour le prévenir (prévenir mon voisin) que l'ouvrier qui bosse chez lui ne semble pas net... Et là, tandis que je lui explique ça, mon voisin m'annonce, avec une tête de 6 pieds de long, que sa femme vient de faire un malaise. Gloups. Le mec, c'était l'urgentiste qui s'était planté de maisonnette... Je bafouille, je m'excuse, et je fuis... 10 minutes plus tard, la civière arrive, mon voisin fait les 100 pas devant chez moi. Je sors lui proposer mon aide (au moins pour les enfants): il ne répond qu'à moitié.
    Ce n'est que quelques jours plus tard que je le croise à nouveau. Il me donne gentiment des nouvelles (peu brillantes), je réitère ma proposition d'aide "pour quoi que ce soit, n'hésitez surtout pas!". Il remercie. Fin de la discussion. Depuis, je lui demande des nouvelles quand je le vois, lui répète "n'hésitez pas, surtout, pour quoi que ce soit !", et lui souhaite bon courage. Il n'a jamais répondu à mes propositions d'aide (je pense qu'il n'en a pas besoin, vu qu'il m'a dit avoir de la famille dans le coin), mais je lui dis. Et je montre que je ne suis pas indifférente à ce qui lui arrive.
    Mais c'est vrai qu'il ne m'a jamais rembarré non plus...
    Voilà le commentaire qui va bientôt être plus long que l'article :-) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, j'adore ton commentaire. Moi à mon avis, tu devrais arrêter de lui proposer de l'aide, il doit croire que tu profites de son malheur pour le draguer! héhéhé! Non je rigole. Tu as peut-être raison. J'ai décidé de rester égale à moi-même, prendre des nouvelles et rester dispo. Là pour info, j'ai fini par toquer chez elle, car sa voiture était là, mais à midi les rideaux étaient encore tirés. Elle était encore en pyj en fait, mais au moins j'ai eu des nouvelles du papy. Pas réjouissant. Elle s'est un peu confiée. Parfois faut insister je pense, quitte à avoir peur d'être lourd. Au moins on ne pourra pas être taxé d'indifférent ou de mauvais voisin. On verra bien. Cependant je pense que ces réflexions suscitent des questions de fond, concernant le manque de confiance entre voisins, l'individualisme ambiant, la fausse pudeur, ou pudeur mal placée, le manque de liens amicaux entre voisins, et encore d'autres auxquelles je ne pense pas là maintenant. Refuser de l'aide, sans prendre la peine de remercier plus tard quand les choses s'améliorent, c'est se condamner à rester seul et isolé chez soi car la personne en face reçoit le message "ne m'aide pas je me démerde tout seul" et n'a pas forcément envie d'insister après ça. Ce n'est pas bon du tout. Pour exemple, quand tu m'as proposé ton aide pour la petite, j'ai tout de suite dit oui, même si on ne se connait que virtuellement et que j'ai hésité un poilou car je ne fais pas confiance facilement en effet. Mais j'ai pensé que refuser c'était m'enfoncer un peu plus encore dans l'isolement. Dans tous les cas, te remercier du fond du coeur m'a semblé tout naturel et a créé un lien de confiance entre nous, pour une prochaine fois. et c'est valable dans les deux sens, sache-le pour info aussi! je t'embrasse!

      Supprimer
  2. je pense comme mon nid et toi , parfois certaines personnes ont besoin qu'on insiste un peu allez continue gentille voisine bizzzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme diraient les vieux de par chez moi: "on va tâcher moyen"! on va essayer quoi! Bise gentille voisine de blog! héhéhé!

      Supprimer
  3. Stef, voilà ce que je pense : il y a un décalage entre vous : pas la mm génération, pas la mm éducation ..je n'ai pas lu le message en entier mais voilà ce que j'ai compris malgré tout : ce sont des gens qui sont habituer à rentrer chez vous comme dans un moulin ...donc je pense que c'est un fonctionnement chez eux ..ils ont du prendre ton "mail" comme une façon distante de se tenir au courant de ce qui se passe ..et en plus tu l'as fait 2 fois. Je pense que cette femme, qui s'est sentie un peu abandonnée (attention je ne l'ai pas dit mais je pense qu'ils sont également "compliqués") par votre départ en voyage, ne t'a pas vu en chair et en os, et elle n'a pas compris que tu voulais vraiment proposer ton aide. La nuit avec les pompiers tu aurais pu sortir, c'est à mon avis ce qu'elle aurait fait "elle" ..tu vois le décalage ? je pense que pour beaucoup, le "mail" c'est qqchose de très "froid" comme moyen de communication ..mais pas pour ta génération bien sûr. Pour des personnes agées, si tu ne remplies pas ta carte de voeux cartonnée, si tu ne viens pas toquer à la porte, tu n'es pas sincère ...et sa réponse un peu "limite" était pour te faire comprendre que tu n'as pas répondu comme elle le souhaitait ..
    voilà ce que je pense ...à l'occaz j'aimerais bien lire vos échanges..
    Gros bisous sister !!
    floflo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que tu dis pourrait être juste, mais en fait, si le papy lui est comme tu dis, elle en revanche est plus jeune que lui, 10 ans de moins, et tout comme nos parents, s'efforce d'être à la page et utilise très bien ces moyens de communication. à diverses reprises son mari m'a reproché de ne pas me déplacer pour demander un truc (genre c'est super facile de laisser tes petits loustics tous seuls en liberté dans la maison sans te faire du soucis, ou alors tu les habilles pour les amener avec toi, trop pratique!) mais elle me soutenait qu'elle n'y voyait aucun inconvénient, qu'au contraire ça l'arrangeait. J'ai hésité avant de sortir en effet, même à cette heure tardive, mais avant j'ai analysé le voisinage. Pendant toute l'heure où les pompiers étaient là, j'ai vu les lumières s'allumer chez les voisins d'en face, des têtes passer par la fenêtre, une voisine rentrer sa voiture, et personne n'est venu voir ce qui se passait sur place. Je me disais, si y'en a un qui sort, c'est clair que j'y vais aussi. Ils sont de la même génération que ma voisine, ne sont sûrement pas trop "mails", et ont choisi de ne pas s'en mêler. Je suis sûre cependant que dès le lendemain ils ont du prendre des nouvelles, car ils sont très proches, tant géographiquement qu'humainement. Ils se connaissent depuis plus de 30 ans. Sinon, après mon mail qu'elle n'avait toujours pas lu quand je suis rentrée de l'école le matin, je suis allée toquer à sa porte vers 12h lors de mon deuxième retour de l'école. Je dérangeais un peu car elle était en pyjama tranquille chez elle, mais elle m'a quand même parlé normalement et m'a confié sa culpabilité quant au fait qu'elle n'était pas là la veille quand ça s'est passé, qu'elle l'a trouvé comme ça en rentrant de sa chorale. Plus tard elle a ouvert le mail, mais ça c'était après mon passage. Et encore après ça, hier soir donc, elle m'a envoyé un mail pour me tenir au courant. Donc finalement, même si elle ne désire manifestement pas mon aide (même quand j'ai suggéré qu'on établisse un code pour que son mari m'appelle s'il ne se sent pas bien, ce qu'elle a esquivé...tant pis pour elle!) elle me tient quand même informée. ça me fait plaisir quelque part, au moins je sens qu'il n'y a ni rejet, ni indifférence. Le thème de l'aide par contre est un peu incompréhensible pour moi. Je lui propose de veiller sur son mari dans les moments où elle s'absenterait, ne serait-ce que pour faire des courses, et elle n'est pas intéressée. SOIT ! Je n'insisterai pas pour ça, mais je continuerai à prendre des nouvelles.

      Supprimer
  4. bon ben, on en reparle quand tu es dispo, j'ai encore des choses à dire ..vaste sujet !! gros bisous !!

    RépondreSupprimer

Ici on peut tout se dire, mais dans le respect et la bienveillance. Pour rendre l'échange plus sympathique, évitons l'anonymat ! Merci !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Ecologie

Origine Théorie du Genre

IVG Espagne caméra cachée

La Révolution Française

Les Réseaux

Me suivre par Email

Mes tweets

Design