Qui est Stephix ?

33 ans, maman de trois enfants de 7 ans, 4,5 ans, et 19 mois + 1 BB en route ! Working mama en freelance après 5 ans de congé parental. Heureuse de cette expérience, d'avoir été aussi disponible pour mes petits et d'avoir enfin réalisé mon projet: allier travail et vie de famille tout en restant chez moi. Sur facebook vous me retrouverez en cherchant "les blogs de stephix", parce que j'en ai 4 et j'ai voulu les regrouper. Bonne lecture et surtout bons échanges!

[Lire la suite...]

Fourni par Blogger.

Le Top 8

Recherche

Archives


Voilà, j'avais commencé une première ébauche d'article en parlant des moutons de panurge, qui suivent, indolents, le cortège, sans trop bien réfléchir où ils mettent les pieds et où il vont. Jusqu'au jour où, patatras, ils tombent dans un ravin et meurent. Vous connaissez l'histoire!

Et puis je me suis ravisée, je me suis dit que j'étais un peu dure, que tout le monde n'était pas comme ça, certaines personne raisonnent et ne se contentent pas de réagir à chaud sur un sujet qui se mange froid, très froid, et avec des pincettes.

C'est alors que cette phrase a raisonné dans ma tête, alors que je consultais nombre d'articles pour et contre ce mariage homosexuel.

"On ne nous dit pas tout"

Alors forcément, quand on n'a que des bribes d'informations, et que les médias s'amusent à ne sélectionner que ce qui les intéresse, une fois n'est pas coutume, il ne faut pas s'étonner que tout le monde s'indigne contre  les Chrétiens, les Juifs, les Musulmans, et les homos eux-mêmes, qui osent s'opposer à ce mariage, et qui plus est, avec des arguments (mais dont personne n'en a rien à carrer au fond). Il est tellement plus simple de faire des raccourcis simplistes que de prendre la peine de s'informer et se documenter.

Moi je n'ai pas envie de faire une bataille de cours de récré, avec les pour et les contre, les clans. J'ai juste décidé d'apporter un nouvel éclairage sur la question, de partager avec vous des pistes pour prendre le temps de réfléchir aux conséquences de cette loi, pour la voir sous un autre angle.

Après, chacun se fait son opinion, mais si possible dans le respect de la pensé d'autrui. Tout le monde a droit à la parole, et je pense que certains ont eu plus le droit que d'autres et en ont bien profité pour taper sur les opposants ("un hétéro une balle, une famille une rafale" et " nous ne tendrons ni la main ni la joue, préparons les planches et les clous" d'ActUp, sympa comme slogans hein?)

Calme, sérénité, amour, et paix. Je m'adresse à l'intellect, car le coeur n'a malheureusement plus toute sa tête dans cette cause.

Premier élément de réflexion: le titre même du projet de loi. "Le mariage pour tous".

le "pour tous" me fait tiquer. Pourquoi ne pas juste dire "le mariage homosexuel, ou gay" ? Comme le faisait remarquer un blogueur féru de droit, l'expression "pour tous" peut aussi englober d'autres réalités qu'un couple homosexuel. Le texte de loi pourrait donc aussi accepter les "trouples": ces ménages à trois. Mais aussi, toujours sous couvert de loi, les mariages entre un frère et une soeur, un père et sa fille. Non, ce n'est pas une blague. Certes nous savons que ces cas existent. Faut-il pour autant les laisser s'unir de façon légale, ce qui serait une façon pour la société d'approuver ces moeurs? Si le mot "couple" ne désigne plus seulement un homme et une femme, alors il peut couvrir toutes sortes de réalités, et peut-être mêmes certaines que nous n'avons pas encore imaginé, dans notre société si étriquée (ironie). Une femme qui voudrait se marier avec son chat, parce qu'elle l'aime, le considère comme l'amour de sa vie, le seul et fidèle, souhaitant par la même occasion adopter officiellement des petits chats et leur donner un statut et une protection juridique pour des questions de patrimoine et d'héritage, pourrait bénéficier de cette loi? C'est ce qu'il semble. ça peut vous faire sourire ou rire aujourd'hui, mais demain, on vous taxera de fasciste si vous voulez élever votre voix contre. Pourquoi donc ce choix d'expression? Que voudra-t-on nous faire accepter par la suite? S'agira-t-il d'une loi fourre-tout, ou bel et bien d'une loi concernant le mariage de deux personnes de même sexe?

Deuxième élément de réflexion: l'absence de débat démocratique et l'absence d'impartialité.

M. Erwann Binet est le rapporteur PS de ce projet de loi. Il est donc chargé de trouver des experts pour étudier la question. Qu'a fait M. Binet? Il a commis un acte anti-démocratique: il est allé chercher les experts qui étaient tous pour cette loi, au lieu, comme le protocole républicain et démocrate est sensé le faire, de chercher aussi des experts contre, pour équilibrer l'argumentation et donc obtenir une loi plus juste et plus démocratique.
Lire à ce sujet, l'article détaillé de ses méthodes (dignes d'un régime totalitaire je pense!), par Natalia Trouiller. Je la cite pour faire court, même s'il faut vraiment la lire en entier: "Total : 5 tables rondes favorables, une mixte avec infériorité numérique des contre, une dont on ignore le contenu, et une opposée, celle des religieux, ce qui donne l'impression que la seule opposition vient d'eux." "A Familles de France, on ne décolère pas. « Nous demandons à être auditionnés dans les mêmes conditions que les autres. Et puisque l'inter-LGBT a été reçue par le président de la République en extrême urgence suite à sa déclaration sur la liberté de conscience, nous exigeons nous aussi d'être reçus aussi vite ». Sans succès pour l'instant." Quant aux associations d'adoptants et d'adoptés, divisées sur la question, elles étaient quatre à être entendues en une seule heure, à la toute fin de journée. « Je suis obligé de faire un choix car le programme des auditions est surchargé », justifie Erwann Binet et de conclure avec cette phrase d'Henri Joyeux« Les auditions parlementaires sont précisément faites pour que le législateur puisse se faire son opinion en entendant les arguments de tous. En refusant de nous recevoir, le rapporteur sélectionne les arguments qu'il veut entendre et signifie donc que le débat est clos... avant même d'avoir commencé. »

Il dit ne pas avoir trouvé de juristes "contre". Hors d'après le journal La Croix, 200 personnes qualifiées attendent d'être auditionnées et en ont fait la demande officielle. Lire l'article ici.

Comme vous le constatez, déjà nous ne sommes plus dans la sphère du privé où chacun est libre de faire ce qu'il veut. L'amendement du mariage tel qu'il était prévu à l'origine pour un homme et une femme, requiert une remodelage entier du concept de mariage, de filiation, et de la terminologie qui se devra d'être neutre pour éviter toute erreur de formulation sur le plan administratif et juridique. Qui dit loi, dit aussi tout un travail de recherches, d'écoute d'experts sur la question, d'ébauches de textes de lois, de révisions, d'acceptation etc. Si la loi doit passer, ce ne sera pas dans un régime totalitaire où l'état s'immisce jusque dans l'intime pour le contrôler et le manipuler avec l'appui des médias qui censurent tout ce qui va à l'encontre du parti unique. Cela devra se faire dans le respect des normes et du protocole de la République démocratique française.

Sur un tel débat public qui remue tout le monde et à tous les niveaux, mépriser l'avis de la population et imposer une loi ne me semble pas digne d'une démocratie. En ce sens, notre président est en train d'adopter un comportement qui ne me semble pas cohérent avec sa fonction, et avec les valeurs de la nation qu'il représente.

On sent tout de même qu'il est est pris en sandwiche entre ses promesses électorales auprès des homosexuels de gauche ou sympathisants, et la réalité d'un peuple divisé. C'est d'ailleurs ce qui a provoqué sa fameuse "reculade" où il proposait aux élus, nos maires, de pouvoir faire parler leur liberté de conscience et de déléguer la tâche de célébrer ce mariage à un adjoint, s'il ne lui sied pas de le faire lui-même, par respect pour ses convictions. 

Cela me semblait en effet plus juste, et plus respectueux de ce que le peuple et ses élus pensent. Sur ma planète, l'objection de conscience, ou la clause de conscience, est au dessus de toute loi. Une citadelle imprenable. Pourquoi devrait-on être soumis de force à une loi? Pourquoi ne pourrait-on pas déléguer à un adjoint qui n'y voit lui aucun inconvénient. N'est-on donc plus libres dans ce pays? Et si un jour la loi nous dicte de dénoncer notre voisin parce qu'il est Juif, faudra-t-il le faire? Ne peut-on pas s'opposer en conscience? Si la loi est un diktat, alors moi je pars à Auroville tout de suite car je ne peux pas accepter que ma conscience soit bafouée, et si j'étais maire, je serais obligée de démissionner de mon poste, quelle injustice!

Mais!!!!! La pression venue des pro est revenue de plus belle, encore plus forte, et il s'est rétracté, dans la même journée, refusant cette "liberté de conscience" aux élus. Ils devront donc appliquer la loi, pour ne pas se retrouver hors-la-loi. Elle est belle cette démocratie!

Troisième élément de réflexion: Des inquiétudes infondées pour les parents homosexuels.

Koz nous explique, le Code Civil français à l'appui, que ces peurs concernant la sécurité des enfants adoptés par un couple homosexuel, sont infondées, puisqu'il existe depuis un certain temps déjà, des solutions adaptées à chaque situation. Je cite: "il est faux de prétendre que le droit français n’apporte pas de solutions. [...] Car non seulement des solutions existent, mais certaines ont  été explicitement adoptées pour prendre en compte la situation des couples homosexuels et des familles « homoparentales ». 

Il répond donc avec des citations du Code Civil, noir sur blanc, aux questions légitimes que se posent ces parents de même sexe: 

"si je meurs, mon compagnon/ma compagne, n'a aucun droit, on lui enlèvera l'enfant: c'est faux"
Il explique: "Ces situations ont été prises en compte, via l’instauration de la tutelle testamentaire. En résumé, par ce moyen, le père ou la mère de l’enfant désigne celui ou celle qui sera le tuteur ou la tutrice de l’enfant".

"Le quotidien est ingérable, le compagnon ou la compagne n'a aucun droit: c'est faux"
Il explique: "Le moins que l’on puisse dire est que le système législatif et judiciaire français ne fait pas montre d’hostilité, ou même de sévérité, à l’encontre des homosexuels." Et il cite tous les cas où la jurisprudence a été conciliante dans tous les cas particuliers exposés.

"En cas de décès, mon compagnon/ma compagne n'a droit à rien: c'est faux"
Il explique:"Lors de la conclusion d’un PACS (ou même sans PACS), les compagnons ou compagnes peuvent tout simplement prévoir un testament." Et explique les rajouts qui pourraient être faits, en tout simplicité, à la loi sur le PACS, sans tout bouleverser dans notre constitution et dans notre code civil.

Sa conclusion: "le projet de loi est inutile : la réponse est dans le code civil"

Quatrième élément de réflexion: le changement de terminologie, ou le joyeux bordel administratif.


Puisqu'il s'agit d'une refonte intégrale du concept de mariage, et par soucis d'égalité, une nouvelle terminologie verra le jour. Ainsi, Christine Taubira reconnait officiellement que désormais, le mot "père" et "mère" seront remplacés par "parents". Les mots "mari" et "femme" par "époux". 

Je m'interroge: si donc on enlève les mots "père" et "mère" des documents officiels, ils disparaîtront aussi de nos documents administratifs. Comme si ce n'était déjà pas assez compliqué de remplir sa déclaration d'impôts ou sa demande d'aide au logement. Punaise, quel joyeux bordel...Et je ne vous parle pas des généalogistes, bonjour l'embrouille. à une époque où, plus que jamais, nous souhaitons connaître nos origines et établissons des arbres généalogiques pour nous y retrouver, certains arbres, déjà rendus très compliqués par les divorces et remariages, vont être tout à fait illisibles maintenant. Il faudra prévoir des lianes, reliées entre elles et raccrochées à certaines branches. Attention les noeuds!
Et puis on ne pense pas beaucoup à l'enfant, qui au début de l'année scolaire devra remplir sa petite feuille: nom du parent1, nom du parent2, au lieu de: nom du père, nom de la mère. Que c'est déstabilisant. Où sont les repères pour l'enfant? Comment pourra-t-il comprendre ces différences entre les couples hétéro et homo, à un âge où il est sensé être un peu innocent et ne pas se poser toutes ces questions?
Ce sont des problèmes d'adultes, une fois de plus imposés par la force aux enfants. Quand respectera-t-on le droit à l'enfance? Quand comprendra-t-on que nos idéologies tuent l'enfance, tuent l'insouciance? Ils n'ont pas à subir les problèmes posés par l'orientation sexuelle des adultes. Ils vont donc y être mêlés, malgré eux, et les références à un père naturel et une mère naturelle comme explication biologique de son origine, vont être balayées d'un revers de main par cette nouvelle terminologie et cette nouvelle loi. Quel négationnisme!


Cinquième piste de réflexion: ce que le droit au mariage homosexuel ouvre comme autres droits: La filiation à travers l'adoption, la PMA, la GPA, etc.

Donc, si on souhaite l'égalité pour tous...il faut aussi permettre aux couples homosexuels officialisés d'avoir recours à toutes les techniques pour avoir des enfants, et pas seulement le recours à l'adoption.
Je cite un article du Point: "Le droit à l'adoption promis pour les couples homosexuels pourrait rester un voeu pieux, en raison du refus de nombreux pays de confier leurs orphelins à des personnes de même sexe et du faible nombre d'enfants légalement adoptables en France, préviennent des associations." François Hollande lors de son meeting avec les élus l'a bien redit. 

Que cherche donc à faire le Gouvernement? N'est-ce pas jouer avec les sentiments des gens de leur faire miroiter des choses qu'ils rêvent d'avoir, tout en sachant qu'ils ne l'auront pas, ou qu'ils ne l'auront qu'à moitié ? Parce que si le mariage homosexuel est un point, il ouvre un autre droit, et c'est donc un deuxième point important: la filiation. L'un ne va pas sans l'autre dans cette loi, dans la loi concernant le mariage tout court. 
Depuis que la loi est passée en 2006 en Belgique, on n'enregistre aucune adoption. Aucune! En 6 ans presque 7!

Ces couples se tournent alors vers la procréation médicalement assistée. Déjà possible pour un couple de lesbiennes, bien qu'illégale en France. Pour les hommes, il faut se tourner vers la gestion pour autrui, c'est à dire les mères porteuses. Contre une certaine somme d'argent, vous faites porter votre enfant, et vous le récupérez après. Il peut s'agir de vos gamètes ou pas. Le recours à ces techniques est pour l'instant interdit d'accès aux couples homosexuels, puisque c'est déjà le parcours du combattant pour les couples hétérosexuels et il faut respecter des conditions très précises. Quant à la GPA, elle est illégale en France, et ce pour tout le monde. Je m'abstiendrai de tout développement éthique sur ces histoires de PMA et GPA et pourtant il y'aurait beaucoup à dire sur ces enfants "à tout prix" et sur les millions de petits frères et soeurs qui restent au congélo pendant que le grand gagnant de la loterie a lui la chance de grandir au chaud! Passons sur ce sujet qui me tient pourtant à coeur...Recentrons-nous sur cette autre promesse qui ne sera pas tenue par le Gouvernement. 
Alors quoi? Ne faut-il pas être cohérent et aller jusqu'au bout dans l'égalité?
J'en viens donc à cette conclusion que M. Hollande et tout son gouvernement se contentent de s'acquitter d'une dette qu'ils devaient à leur électorat homosexuel. C'est tout. Il faut se mettre cela dans le crâne, il s'agissait juste d'une stratégie pour lui, pour gagner ces élections, pour être l'homme cool du moment! Il n'est pas plus motivé que ça dans l'histoire (comme a pu le soulever un grand journal). Il va donc tout faire pour que cette loi passe, mais ça n'ira pas plus loin. Il ne changera pas ces conditions pour l'adoption, les PMA ou les GPA, il ne facilitera rien du tout et il l'a bien dit! Vous voyez? Il se débarrasse du plus embarrassant finalement, et donne des miettes comme pour dire: "merci d'avoir voté pour moi, voici ce que vous vouliez, le mariage pour tous, maintenant démerdez vous avec le reste, je m'en tamponne! L'essentiel est que j'ai été élu ! Yes! Dans l'cul ! La gauche au pouvoir!"
Une bien belle mascarade que tout cela. On n'aurait jamais du en arriver jusqu'à ce point, parce que maintenant ça va faire mal, et pour beaucoup de monde, en commençant par le public concerné.

Sixième piste de réflexion: Evolution et progrès...vers un mieux? Ou l'importance du principe de précaution.

J'aurais pu traiter du thème de la place de l'enfant dans tout cela. Les avis divergent complètement entre les uns et les autres, les psys ne sont pas d'accord entre eux, Marcel Ruffo a retourné sa chemise (il vient d'être grassement payé ou quoi? Il ne disait pas ça il y'a peu de temps! Que s'est-il passé?), mais étant donné que cet argument a déjà été traité partout, il n'y a pas de grande nouveauté à apporter sur ce thème, vous avez déjà du voir des arguments et leurs contraires. Rien n'a été spécifié sur leur nouveau statut et sur les mesures qui seront à prévoir à leur sujet en cas de divorce. Ni sur les modalités pour connaitre leurs vrais parents biologiques, connaitre leur histoire génétique pour un dossier médical, pour aussi éviter la consanguinité en se mariant avec un frère ou une soeur issu d'un même donneur anonyme etc. Cependant, il me semble essentiel de penser à ce que nous voulons pour notre monde, et bien que celui-ci change et semble s'humaniser de plus en plus en laissant de plus en plus de place aux personnes différentes, je me pose la question:

Depuis que la société a décidé, déjà un peu avant mai 68, de se libérer des interdits moraux et de s'éloigner du modèle sociétal et familial qui existait jusqu'alors :

- la société est-elle plus humaine?
- la société se porte-t-elle mieux?
- la société est-elle globalement plus heureuse?
- qu'a apporté de bon cette révolution des moeurs? 
- qu'a apporté de positif cette libération qui devait nous rendre plus heureux et plus humain?

Rien...tout cela n'a servi à rien. Juste à compliquer et multiplier les misères humaines et à pervertir nos enfants dès leur plus jeune âge (comportement impudique des adultes, publicités, images de films choquantes aux heures de grande écoute, presse malsaine sur des présentoirs à hauteur d'enfant, déformation de la beauté, dénaturation du mot amour, transformation du langage, confusion entre amour et pulsion amoureuse etc)
à moins d'être complètement aveugles, ou d'une profonde mauvaise foi, il serait difficile de dire le contraire!

Je ne connais pas une personne, dans mon entourage ou rencontrée sur mon chemin, qui ne m'ait pas dit un jour: "le monde marche à l'envers", "le monde va mal", "les gens sont dingues", "le monde est fou", "le monde marche sur la tête", "on ne respecte plus rien", "il n'y a plus de respect",  etc. 
Du pessimisme? Non, du réalisme, et la peur de cette trop grande liberté qui, comme une arme fatale, se retourne contre nous et nous démolit. 

Faut-il tout permettre? Faut-il tout laisser faire? Faut-il tout accepter? D'après le gouvernement actuel, oui, par soucis d'équité, d'égalité. Mais quand on ne sait pas où tout cela va mener, quand on ne sait pas ce que ça va provoquer comme changement dans notre société, il me semble que le premier principe à appliquer est celui de précaution!

On n'a pas à imposer un nouveau modèle de société et de famille à tout un pays alors qu'il ne s'agit que d'une minorité qui est concernée.
C'est comme imposer le vaccin contre la grippe A à tout un pays alors que nous devrions avoir la liberté de choisir si nous voulons ou pas l'inoculer dans notre corps. Chacun a ses raison de le vouloir ou pas, pourquoi l'imposer? Heureusement, pour cela nous étions encore libres de choisir de l'accepter ou non, faisant jouer notre liberté de conscience.
Pour ce changement de modèle familial qui arrive, cette fois on impose le modèle soutenu par une minorité, à une majorité qui n'a rien demandé, et qui vivait très naturellement avec le modèle hétérosexuel.

Je le répète, cette loi n'est pas que la question de quelques-uns, puisqu'en refondant la loi (et bientôt la constitution?) sur le mariage, c'est un nouveau modèle qui va nous être imposé, avec des tas de conséquences que nous ne mesurons pas encore, vu que la loi est à l'état embryonnaire. Des injustices vont naître de cette loi, des discriminations aussi, et ceux qui ne sont pas contents vont en demander encore plus, toujours plus, car il y'aura toujours des insatisfaits qui n'aimeront pas les nouvelles dispositions de la loi.

Faut-il que tout un pays pâtisse du caprice d'une minorité vraiment minime?

Le jour où plus de la moitié de la société sera homosexuelle, je pense que c'est à ce moment-là qu'il faudra étudier une nouvelle façon d'envisager la famille telle que nous la connaissons aujourd'hui. Mais ce n'est pas le cas, nous n'en sommes pas là. Nous n'avons pas à subir une telle révolution qui va être plus dévastatrice que ce que beaucoup veulent bien le croire.
Faire l'autruche en refusant de voir les conséquences sur le fonctionnement d'un pays, est grave.

Je demande à ce que le gouvernement soit prudent, très prudent, et ne commette pas l'irréparable. Notre société est déjà très fragilisée, il y'a déjà de très nombreuses petites victimes de ces nouveaux modes de vie. Ne rendons pas la vie familiale plus compliquée qu'elle ne l'est déjà. Essayons plutôt d'aider la famille à se reconstruire avant de légaliser un nouveau modèle. Soyons prudents.

Certains homos l'ont bien compris, et s'ils choisissent ou subissent leur condition, ils n'en ont pas pour autant perdu la tête, et continuent de défendre ce modèle familial traditionnel dont ils sont issus.
Philippe Ariño nous livre ses pensées sur son site que je vous invite à voir.

Jean-Pier Delaume-Myard, auteur de documentaires, nous livre aussi son point de vue sur ce problème, et nous éclaire en nous expliquant la différence entre être homosexuel, et être gay. à lire absolument.


Si des homosexuels eux-mêmes s'opposent à cette loi, doit-on les traiter d'homophobes? Doit-on les insulter parce qu'ils pensent différemment? Qu'ont-ils à nous dire? Peut-on faire silence et les écouter?

Merci pour eux!

15 commentaires :

  1. Eh bien dis-moi, quand tu es lancée, tu en écris des choses !
    Je propose que lors du mariage civil, on ne dise plus époux ou épouse, mais par souci d'égalité, on ne parle plus que d'épouxe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et j'ajoute, qui sera parent 1, et qui sera parent 2, et pourquoi l'un passe avant l'autre ? Moi je sens que je vais être jalouse (jalouxe)

      Supprimer
    2. oui, suivons la logique jusqu'au bout! et comme tu dis, même à travers ces "petits" changements, ces petits détails, on va encore trouver le moyen de créer des inégalités. Et ce sont encore les petits qui vont pâtir de tout cela.

      Supprimer
  2. 1. Je ne sais pas si on nous dit tout, mais il faudrait ne pas se tromper sur ce qu'on dit : le projet de loi ne parle pas de "mariage pour tous" mais s'intitule "Projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe" (voir là http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/mariage_personnes_meme_sexe.asp), ça semble assez explicite. Pourquoi on ne dit pas "mariage homosexuel" ? Parce que ça sous-entendrait qu'il y aurait deux types de mariages, un pour les hétéros, un pour les homos, et qu'ils seraient différents. Alors qu'au contraire l'objectif de la loi c'est d'offrir les mêmes droits aux couples homos et aux couples hétéros, donc le même mariage.
    Il faudrait aussi arrêter les amalgames idiots... Les homosexuels ne sont pas des êtres étranges et morbides, ils sont comme vous : ils vivent, ils tombent amoureux, ils fondent des familles. Vouloir nous ramener à des zoophiles ou des polygames, c'est terriblement blessant et insultant. (Au passage, vous m'expliquerez comment votre chat donne son consentement à un mariage avec sa petite patte... Votre parallèle est juridiquement absurde.)

    2. Vous devriez regarder les auditions justement : celle des psychanalystes et psychiatres par exemple étaient, en plus d'être intéressante, équilibrée.

    3. Je pense que vous ne saisissez pas la démarche de la loi : celle de l'égalité. En gros, dites vous, il suffit de faire un testament. Mais pourquoi ce qui est naturel et va de soi chez certains devraient nécessiter une démarche administrative particulière chez les autres ? La situation actuelle est, encore une fois, particulièrement humiliante pour les couples homosexuels : la loi leur rappelle sans cesse qu'ils sont considérés comme inférieurs, qu'ils n'ont pas les mêmes droits. Le projet de loi n'est pas là pour répondre à un lobby, il est est là pour affirmer un principe d'égalité et de dignité.
    (Notez au passage que les mêmes qui s'opposaient au PACS et s'opposent encore au mariage aujourd'hui, trouvent maintenant le PACS très bien...) (.../...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre participation et pour cet échange d'idées que j'apprécie fortement, même s'il est clair que nos avis divergent. Je voulais préciser que je n'ai jamais parlé de zoophilie ni voulu comparé l'homosexualité à cette pratique sexuelle sur animal. Je pense que c'est une interprétation personnelle sûrement provoquée par une grande susceptibilité sur ce sujet. J'ai parlé de la conception du couple qui change et qui pourrait, un jour, et pourquoi pas, y inclure toute entité vivante que l'on aime. Si le couple n'est plus seulement un homme et une femme, comme indiqué jusqu'à présent dans le code civil, on peut aisément imaginer une ouverture d'esprit encore plus grande. Oui, merci de préciser cette confusion sur le "mariage pour tous". C'est pourtant ainsi qu'il est présenté dans tous les médias, dans toute la presse, par le parti de gauche et par les lobbys actifs. Mais en effet, il faut bien lire le titre de ce projet de loi qui précise bien : "deux personnes de même sexe". Merci pour cette précision. N'a-t-on pas le droit d'imaginer, de supposer, que les mentalités évoluant dans notre société, on ne puisse élargir nos conceptions étriquées d'aujourd'hui, et faire de la place à une troisième personne dans le couple, pour former un trouple? ou former un couple avec non pas une personne mais un autre être vivant? Pourquoi seuls les homosexuels auraient le droit de se marier? Et pourquoi pas les trouples? ça me parait injuste et inégal. Ces gens là existent, ils ont même déjà des enfants, quels sont leurs droits? ne subissent-ils pas non plus une injustice? Suffira-t-il qu'ils demandent ce droit à l'égalité, ce droit au mariage civil, pour qu'on le leur donne? Dans votre logique, oui. Et moi je pense que ce n'est pas bon de faire n'importe quoi avec ce mariage, qu'il faut garder un modèle de famille, et ne pas créer des confusions dans l'esprit des enfants qui grandissent avec toutes ces nouvelles réalités. "Le projet de loi n'est pas là pour répondre à un lobby" ah bon? parce qu'il est pourtant très actif. "il est là pour affirmer un principe d'égalité et de dignité". Est-il indigne d'être homosexuel? je ne crois pas. l'égalité? mais au nom de l'égalité on peut aussi faire de grandes erreurs, et on ne peut pas se baser sur ce principe pour faire une loi. C'est même dangereux. Un couple homosexuel, et pardon pour ce que je vais dire mais ce n'est pas niable, ne pourra jamais concevoir par lui-même un enfant, de manière naturelle je veux dire. Donc oui il y'a une différence. Non il n'y pas de discrimination. Oui il faut accepter cette différence et vivre avec. C'est au créateur qu'il faut s'en prendre si les choses fonctionnent dans ce sens et pas autrement. Ce n'est pas à la société qu'il faut demander réparation pour cette injustice naturelle. Si au nom de l'égalité nous devions faire de nouvelles lois, dans ce cas là, vous imaginez bien qu'on nom de cette même égalité, il faudrait accepter toutes les configurations qui existent dans la nature, y compris les plus inimaginables pour nous aujourd'hui. Alors non, ce principe ne peut pas être une base pour une loi.

      Supprimer
    2. Il faut trouver autre chose, une autre façon de fonctionner, qui existe déjà mais qui ne suffit plus visiblement. Je n'ai jamais été pour le PACS, mais je dois avouer que je préfère encore cela à un changement dans le code civil. Je n'ai pas évoqué la théorie du gender, qui me perturbe aussi, et c'est pourtant une volonté de la part de ces puissants lobby de détruire la famille dite classique, pour l'élargir à des tas de réalités, et pas seulement les couples homosexuels. Ce lobby est suffisamment fort puisqu'il est déjà intervenu sans rien demander à personne dans les livres d'SVT des jeunes, il l'est aussi pour prétendre changer un code civil et une conception du mariage civil, il le sera pour bien d'autres choses: ON NE NOUS DIT PAS TOUT, et moi ça me fait peur ces dérives. Il semble qu'il n'y ait plus de limite. Jusqu'où ira-t-on?

      Supprimer
    3. Je n'ai pas connaissance d'une demande de la société concernant une reconnaissance légale des "trouples"... Peut-être cela arrivera-t-il dans 20 ou 30 ans, même si j'en doute, et il sera encore temps d'en débattre à ce moment... Mais assimiler les couples homosexuels à l'avant-garde des "trouples" et des zoophiles me semble faire preuve d'une grande confusion - ce n'est pas parce que vous estimez les couples homosexuels illégitimes et incapables de fonder une famille que l'on doit tout mettre dans le même sac - et, encore une fois, insultant pour les personnes concernées (et leur famille... dont leurs enfants).

      Je ne vois pas ce que vient faire le genre (ça marche aussi en français) là. Mais il ne s'agit pas d'une théorie, c'est une notion utilisé notamment en psychologie et sociologie là où il est utile de différencier le sexe, purement biologique, du genre, construction sociale (les femmes douces et l'autorité "naturelle" des hommes, pour prendre un exemple caricatural). La notion n'est pas nouvelle ("On ne née pas femme on le devient", Simone De Beauvoir en 1949). Le genre est un concept tout ce qu'il y a de scientifique et qui sert à analyser la société.

      Supprimer
    4. euh...je suis un peu déconcertée. Vous dites que je crée une confusion, que je mets tout le monde dans le même sac. Evidemment, il y'a deux types de familles: les traditionnelles et les non traditionnelles. Alors oui, tout ce qui ne ressemble pas à un père, une mère et un enfant, va se retrouver dans l'autre catégorie. En quoi est-ce insultant? c'est juste un constat! Je pourrais vous renvoyer la balle: il est insultant de ne pas prendre en compte les besoins des trouples ou d'autres styles de couples et de familles existant!!! Qu'ont-ils de moins bien que les couples homosexuels et qui ne leur permettrait pas d'être reconnus? Et leurs enfants alors? Pourquoi cette ségrégation de la part de quelqu'un d'aussi ouvert que vous? ça m'étonne! N'en doutez pas, un jour très proche, juste après cette loi et non dans 30ans, ils revendiqueront leurs droits à être reconnus socialement, puisque ce droit au mariage homo basé sur l'équité est bel et bien un besoin criant de reconnaissance sociétal. Donc d'abord les homos, suivis d'autres configurations. Moi je persiste à dire que ce n'est pas ainsi qu'on peut concevoir un monde sain et équilibré, psychologiquement et affectivement parlant, et bien sûr je garde toujours à l'esprit l'enfant dans mes raisonnements, puisqu'il grandit avec de nouveaux modèles et qu'il va devoir faire un choix, comme au supermarché, au lieu de se contenter de suivre sa nature. Mais j'imagine que ce mot "nature" vous faire dresser les poils. Si vous citez S. de Beauvoir, je pense que nous ne serons jamais sur la même longueur d'ondes, puisque ses théories n'ont rien de scientifiques. La théorie du genre, et c'est ainsi qu'elle s'appelle puisque ce n'est qu'une théorie, qu'on ne peut pas tous s'accorder dessus, et qu'il s'agit d'une théorie philosophique qui estime que le genre est une construction sociale et non une question de nature. Elle est bel et bien discutée, mais encore une fois s'impose de force sans demander l'avis des gens, et je re-cite cette preuve flagrante puisque elle a été imposée dans les livres de SVT, même contre l'avis des professeurs. ça n'a vraiment pas fait l'unanimité dans le corps enseignant, dans le milieu scientifique justement, et chez nos concitoyens! Drôle de façon de faire que d'imposer ces nouveautés sans avoir le recul suffisant pour savoir si c'est valable et bon pour la construction de la jeunesse, ou si ça peut être nocif. Et si je parle de cette théorie, c'est justement parce que ce sont ses défenseurs qui revendiquent tous ces changements sociétaux.

      Supprimer
  3. (suite) 4. Lisez le projet de loi : il remplace "père et mère" par "parents" seulement où c'est nécessaire dans le Code civil.
    Quant aux enfants, je reste persuadé que dans leur grande innocence ils sont tout à fait aptes à comprendre que certaines personnes sont en couple avec une femme, d'autres avec un homme : il suffit de leur expliquer comme on leur explique naturellement le reste !
    N'oubliez pas que les enfants élevés par des couples homosexuels ne vont pas être "créés" par le mariage des homos... Ils sont des dizaines de milliers en France. A ce jour, ils arrivent très bien à remplir les petites feuilles de l'école, comme ceux d'ailleurs élevés dans une famille monoparentale. Je crois qu'aucune étude n'existe pour démontrer que les enfants de familles hétéroparentales sont plus bêtes que les autres et seront déstabilisés par les nouveaux petits papiers...

    5. La question de la gestation pour autrui est un tout autre débat. C'est la "location" de l'utérus d'une tierce personne : on touche là à la disponibilité du corps humain. Ça n'a donc rien à voir avec une FIV qui fait appel, au plus, à un don de gamètes.

    6. Vous allez un peu vite en affirmant que la société n'a rien gagné en mai 68 : elle a moins progressé sur le champ de l'émancipation.
    Vous parlez plus bas du "modèle imposé par une minorité sur une minorité". Qu'est-ce que le "modèle familiale traditionnel" que vous semblez défendre si ce n'est une norme imposée reléguant ceux qui ne peuvent ou ne veulent si soumettre à la marginalité ?
    Cela dit, le mariage pour les couples homosexuels est tout sauf "un modèle imposé" : personne ne vous obligera demain à épouser une femme. Le projet de loi ne fait qu'étendre un droit à des personnes qui jusque là n'en bénéficient pas.

    D'ailleurs le "mariage pour tous", qu'est ce si ce n'est el triomphe de la famille ? La grosse différence avec mai 68, c'est qu'à l'époque la revendication était celle de la destruction de la norme. Ce que vous appelez "caprice" (votre propos est toujours un peu insultant, décidemment) c'est justement le contraire : les homosexuels aspirent à rentrer dans la norme, à vivre normalement, à fonder des familles. Bref, à faire société comme tout le monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai bien lu et entendu aussi de la bouche de C. Taubira que les changements de terminologie dans le code civil seront opérés seulement là où c'est nécessaire. Qui va contrôler qu'il n'y ait pas d'abus de ce côté là non plus? qui va décider où c'est nécessaire et où ça ne l'est pas? Il est question de "documents officiels" c'est ce qu'elle a dit aussi. Lesquels??? Juste le code civil ou d'autres? ON NE NOUS DIT PAS TOUT et je ne suis pas naïve quant à la tournure que ça va prendre. Ces fameux lobby réussissent toutes ces petites choses et le font insidieusement en opérant de façon stratégique. Pourquoi n'est-on pas consultés sur ces thèmes? Pourquoi ne peut on donner notre veto? Pourquoi sait-on les choses une fois que celles-ci sont officialisées et légalisées? Si ce n'est pas l'art de la manipulation, qu'est-ce? La voix du citoyen ne compte plus? Je dénonce une fausse démocratie, où l'on choisit ses interlocuteurs minutieusement pour que personne n'aille contre. C'est de l'abus de pouvoir, et c'est anti démocratique comme méthode.

      Supprimer
    2. En ce qui concerne la gestation pour autrui, si on se base encore sur le sacro saint principe d'égalité qui semble vous tenir à coeur, il faut faire en sorte que les couples hommes puissent avoir les mêmes droits à l'enfant que les couples filles qui elles peuvent se faire inséminer à l'aide de la PMA. Hors non, ça n'arrivera pas parce que c'est illégal en France, que ça pose un problème éthique qui plus est (la PMA aussi mais c'est passé dans les moeurs!). Mais quand je dis que ça n'arrivera pas, je me trompe sûrement, puisque les lobby ont déjà annoncé qu'il faudra ajouter cette question au projet de loi. N'est-ce pas? Voilà pourquoi je parle de limites, pour le bien commun, il en faut. Pour éviter de déborder sur ce genre de problèmes éthiques. Et non, on n'a pas le DROIT d'avoir une famille. Non, on n'a pas le DROIT d'avoir un enfant. Une famille c'est un don, un enfant c'est un don, rien n'est un dû. Et oui chez les hétéros aussi il y'a des injustices, des couples infertiles qui ne peuvent pas avoir d'enfant. Pensent-ils qu'ils sont des être inférieurs? Revendiquent-ils une loi pour se sentir plus dignes? plus famille? plus égaux? Ce n'est pas le cas, et ce serait absurde. Les choses sont comme elles sont, encore une fois il y'a l'intervention de la nature qui provoque elle-même des inégalités. Des personnes naissent avec de gros handicaps, et pas toujours visibles, d'autres naissent avec des talents incroyables, du génie, c'est la loterie et c'est comme ça. Il faut parfois accepter sa réalité personnelle et vivre au mieux avec, en arrêtant de se comparer avec les autres et de vouloir à tout prix les mêmes capacités que d'autres. Ce comportement ne peut que générer de la souffrance et un sentiment d'infériorité et d'injustice. Alors qu'une acceptation personnelle ne peut que générer un profond sentiment de plénitude et une attitude positive.

      Supprimer
    3. Nul part dans le projet il n'est question de "droit à l'enfant". D'ailleurs il est intéressant de noter que cette notion n'est soulevée que par les lobbies (oui parce que si on veut dénoncer les lobbies autant tous les dénoncer non?) anti-homosexuels.
      Vous parlez de limites et vous avez raison. Mais la société évolue : le "modèle traditionnel" nucléaire aujourd'hui défendu est d'ailleurs assez récent, il ne date que du XIXe siècle, époque où il a remplacé la famille élargie. Depuis, la famille a encore évolué : familles monoparentales, familles recomposées... et familles homoparentales qui existent déjà ! Je n'ai pas l'impression que le débat actuel ait lieu derrière des portes closes : le projet a été annoncé pendant la campagne électorale, il est discuté publiquement à l'Assemblée nationale, des manifestations ont lieu et tous les arguments se font entendre.
      Et quitte à défendre le droit de l'enfant, qu'en est-il des enfants dont les parents sont homosexuels ? Pourquoi dans l'état du droit actuel sont-ils considérés comme une anomalie ? Les familles recomposées sont légitimes, les familles monoparentales aussi... faut-il les interdire selon vous ?

      Supprimer
    4. parlez de lobby si vous voulez, moi je n'appartiens pas à un lobby, je ne milite pour personne en particulier, pour aucun parti, ni pour aucun clan religieux. Et je ne suis surtout pas anti-homo. Je défends une conception de la famille qui me parait toute naturelle, et refuse qu'on impose un autre modèle en légalisant le mariage homo. C'est tout. Evidemment qu'il n'est pas écrit noir sur blanc que les homos revendiquent le droit à l'enfant, et pourtant, pourtant!!!! C'est bien de cela qu'il s'agit! Mais je suis tout autant en désaccord avec des hétéros infertiles qui réclament un enfant à tout prix en le fabriquant de façon plus que discutable éthiquement parlant. Un enfant vient de lui-même, dans un acte naturel, on ne le fabrique pas, on le reçoit. Mais on part sur un autre débat, même s'il peut être lié, je préfère me recentrer sur le thème. Vous parlez du droit des enfants homos, je ne suis pas juriste, mais d'après ce que dit KOZ que j'ai cité dans mon article, le droit est déjà très conciliant avec ces familles, au même titre qu'avec les familles monoparentales ou recomposées, donc pas besoin d'une loi pour ça, puisque la solution existe déjà dans le code civil. La société évolue, oui en effet, mais vers un mieux? c'est cela qu'il faut voir. Ce n'est pas parce que les choses évoluent que c'est forcément positif. Il y'a aussi des évolutions négatives. Donc quoi? Que fait-on? Ne doit-on pas garder un modèle et le suivre, tant bien que mal, même s'il y'aura toujours d'autres façons de faire et qu'il faudra continuer à prendre en compte ces réalités divergentes? Je n'ai jamais dit d'interdire légalement un type de famille, elle existe, et le droit s'arrange avec. Enfants d'homos, d'hétéros divorcés, issus de familles recomposées, tout ont déjà des solutions dans le droit, donc pourquoi créer une loi à tout prix? Si ce n'est pour détruire le modèle actuel qui dérange. Vous parlez de la famille actuelle qui ne date que du XIXème siècle. Je vous signale juste que si les familles avant étaient recomposées, ce n'était pas dû au divorce, mais à la mortalité de l'un des parents qui devait être remplacé pour continuer à vivre normalement.

      Supprimer
    5. Dois-je vous rappeler la souffrance des enfants du premier mariage qui ne sont pas autant aimés que les enfants nés légitiment du deuxième mariage? Vous connaissez les contes qui ont bercé notre enfance? Ils datent de cette époque et mettent le doigt sur un problème qui existait alors, et qui se reproduit aujourd'hui. Un petit garçon voit ses parents divorcer alors qu'il a 3 ans. Son papa se remarie quelques années plus tard, il est déjà plus grand. Rejeté par ses futurs ex beaux-pères, du côté de la maman car forcément il lutte contre ces nouveaux papas potentiels, il l'est aussi de sa belle-mère officielle qui cherche à avoir un enfant pour officialiser encore plus son mariage avec son papa, marque son territoire avec son propre enfant, et pendant ce temps-là, rejette et traite mal l'enfant de son mari qui n'est pas le sien. Différences, traitements de faveur. Souffrance morale chez ce petit garçon qui n'a rien demandé, qui est victime du choix de vie de ses parents, balloté entre la maison de l'un et la maison de l'autre. Voilà, je vous raconte une histoire vraie, comme il doit en exister des millions d'autres, et j'ai mal au coeur, car je l'aime ce petit, et je ne peux que constater ce gâchis affectif dont il fait les frais. Doit-on tout accepter dans ces nouveaux modèles? Ne doit -on pas au contraire continuer à essayer de prôner un modèle en aidant les gens à mieux vivre leur mariage pour éviter de souffrir, de divorcer, et d'en faire pâtir les enfants? Ne devrait-on pas soutenir la famille traditionnelle en l'aidant à s'épanouir, plutôt que de légitimer des modèles qui ne sont pas très épanouissants pour les enfants? Moi je prône la fidélité, l'amour vrai, l'enfant reçu comme un don, la famille traditionnelle, parce que je sais que quand ce mariage est bien vécu, il est riche en amour et très constructif pour l'enfant, qui, à son tour perpétuera ce modèle qui a fait de lui cet homme ou cette femme épanouie et bien dans sa peau. Je crois peut être au père noel...mais c'est ce que j'ai vécu et que je compte transmettre à mes enfants. S'il s'avérait que leur orientation sexuelle ne correspondait pas au schéma traditionnel, ils ne seraient en aucun cas rejetés par moi, et je leur indiquerais des personnes homosexuelles qui vivent heureuses et épanouies, telles que Philippe Arino et sûrement bcp d'autres moins connues, qui ne se cache pas et prône la continence. Mais je pense que ce mot doit aussi vous faire dresser les poils, pourtant, c'est aussi une belle expérience. différente, mais belle et qui ne génère pas de souffrance supplémentaire, et qui n'empêche pas l'amour. Par contre je conçois parfaitement que c'est un cheminement qui ne se fait pas en un jour. Respectons le modèle traditionnel, pour éviter de creer encore plus de confusion, d'injustices, et de souffrances.

      Supprimer
    6. « je ... refuse qu'on impose un autre modèle » : c'est très étrange ce vocabulaire quand on défend justement son propre "modèle", dit traditionnel, au détriment de tous les autres qui ne seraient « pas épanouissant(s) » a priori...
      Toutes les évolutions ne sont pas positives, ça ne veut pas dire que toutes soient négatives non plus : que quelqu'un s'épanouisse dans sa vie ne l'autorise pas, je crois, à porter des jugements péremptoires sur la vie des autres.

      Supprimer

Ici on peut tout se dire, mais dans le respect et la bienveillance. Pour rendre l'échange plus sympathique, évitons l'anonymat ! Merci !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Ecologie

Origine Théorie du Genre

IVG Espagne caméra cachée

La Révolution Française

Les Réseaux

Me suivre par Email

Mes tweets

Design