Qui est Stephix ?

33 ans, maman de trois enfants de 7 ans, 4,5 ans, et 19 mois + 1 BB en route ! Working mama en freelance après 5 ans de congé parental. Heureuse de cette expérience, d'avoir été aussi disponible pour mes petits et d'avoir enfin réalisé mon projet: allier travail et vie de famille tout en restant chez moi. Sur facebook vous me retrouverez en cherchant "les blogs de stephix", parce que j'en ai 4 et j'ai voulu les regrouper. Bonne lecture et surtout bons échanges!

[Lire la suite...]

Fourni par Blogger.

Le Top 8

Recherche

Archives

Comme beaucoup de monde, à moins d'être ermite, vous avez dû entendre la nouvelle concernant la démission du Pape Benoît XVI. 

B16 pour les jeun's,
Benoît pour les intimes, 
Successeur de Pierre pour l'Histoire,
Evêque de Rome pour les Romains,
Saint-Père pour les fidèles,

Benoît XVI, ex Cardinal Ratzinger, a longuement réfléchi, avec sa tête et avec son coeur, avant de prendre cette décision historique très difficile :

"Frères très chers,


Je vous ai convoqués à ce Consistoire non seulement pour les trois canonisations, mais également pour vous communiquer une décision de grande importance pour la vie de l’Eglise.

Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien.
Je suis bien conscient que ce ministère, de par son essence spirituelle, doit être accompli non seulement par les œuvres et par la parole, mais aussi, et pas moins, par la souffrance et par la prière.
Cependant, dans le monde d’aujourd’hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l’Evangile, la vigueur du corps et de l’esprit est aussi nécessaire, vigueur qui, ces derniers mois, s’est amoindrie en moi d’une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m’a été confié.
C’est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d’Evêque de Rome, Successeur de saint Pierre, qui m’a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005, de telle sorte que, à partir du 28 février 2013 à vingt heures, le Siège de Rome, le Siège de saint Pierre, sera vacant et le conclave pour l’élection du nouveau Souverain Pontife devra être convoqué par ceux à qui il appartient de le faire.
Benoît XVI "
Pour tout Catholique, et ce sur tous les continents, ce fut un grand choc et une grande peine aussi, même s'il n'est pas mort, mais on comprend bien qu'une telle décision implique que sa fin ne soit plus très loin. 
Le dernier Pape à avoir démissionné était Célestin V, en 1295. Comprenez donc qu'il s'agit d'une situation tout à fait exceptionnelle, et que c'est pour ça que vous allez beaucoup en entendre parler ces jours-ci et dans les semaines à venir.
Je parle de "semaines", car il va falloir maintenant songer au Successeur. L'Eglise, depuis le jour où Jésus lui-même a confié à St Pierre, l'un de ses apôtres, les "clefs" de son "Royaume" (je mets des guillemets, car c'est un langage symbolique, puisqu'il n'y a évidemment aucune clef physique ni aucun palais de pierre. Jésus a toujours parlé en images, et il faut comprendre ici que son Royaume est spirituel, l'héritage qu'Il nous a légué est spirituel, et le garant de cet héritage est la personne de St Pierre, le premier Pape, ainsi que tous ceux qui lui ont succédé jusqu'à aujourd'hui) - petit rappel biblique, Jésus s'adresse à Simon en lui donnant ce nouveau prénom (comme lors d'un baptême): "Pierre tu es pierre, et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise" (Mt 16, 18) -
Pour élire un nouveau Pape, il faut réunir tous les Cardinaux dispersés sur tous les Continents, et organiser un Conclave (du latin Cum-Clave: à clef, le conclave se tenant à portes fermées pour éviter toute interférences avec l'extérieur). Un Cardinal (du latin cardinalis, principal) est un haut dignitaire de l'Église catholique choisi par le pape et chargé de l'assister. 
Petite explication ICI pour ceux qui voudraient savoir exactement comment se déroule un conclave. 
Quand le conclave s'était réuni après la mort du Bienheureux Jean-Paul II, j'étais encore étudiante à Rome. J'avais 22 ans, et cette année-là avait été riche en émotions, entre mon voyage au Mexique, la réussite de mon permis en un temps éclair, le décès du pape JPII le soir-même de mon anniversaire, et ses funérailles en grandes pompes où une partie de ma famille avait pris la voiture, sur un coup de tête, pour venir y assister. On avait couché à même le sol sur une place attenante, la veille, pour être sûrs d'être au plus près du coeur de l'Eglise. Nous voulions accompagner notre très aimé Saint-Père jusqu'au bout. Il a marqué toute notre jeunesse et fut un exemple pour nous. Jamais je n'oublierai ce moment si fort vécu avec des gens de tous âges et toutes nationalités, dans l'improvisation la plus totale! 
J'étais donc avec une amie française, venue me rendre visite, et nous jouions aux touristes, à deux pas de la place St Pierre. Cela faisait 2 jours que le conclave avait commencé, et nous attendions d'un moment à l'autre le vote final, celui où la majorité au 2/3 des Cardinaux élirait un nouveau Pape. Plus d'explications ICI. Tout à coup, alors que nous étions en train de reluquer de superbes contrefaçons de lunettes Gucci, nous avons pu constater une certaine agitation, pour ne pas dire courant de panique, à la différence que nous avons rapidement compris que ce n'est pas un incendie ni une pluie d'astéroïdes qui faisait courir les gens vers la place St Pierre. Nous avons nous aussi suivi le troupeau, couru jusqu'à la place, et là, ô surprise, LA FUMEE BLANCHE suivie par le retentissement des cloches de la Basilique St Pierre. C'était émouvant de nous retrouver là, avec tous les intéressés. La place s'est remplie en moins de 5 minutes, les gens étaient tout excités. Nous aussi. ça y'est, à ce moment précis, un pape avait été élu, et nous allions dans la demie-heure suivante, connaître son identité. Celui que l'Esprit-Saint aurait choisi, par la main des Cardinaux, pour continuer à guider son troupeau. Moment historique.
Les paris étaient ouverts depuis un certain temps, et quand j'ai su que j'avais gagné -héhéhé- j'ai sauté de joie. L'annonce en latin (langue universelle de l'Eglise) donnait ceci: 
"Annuntio vobis gaudium magnum;
habemus Papam:
Eminentissimum ac Reverendissimum Dominum,

Dominum Josephum

Sanctae Romanae Ecclesiae Cardinalem Ratzinger

qui sibi nomen imposuit Benedictum XVI"


Et voilà une foule en liesse, heureuse d'accueillir le successeur de Pierre. 
Personnellement, étant de la génération Jean-Paul II, j'aurais aimé un Pape tout aussi charismatique et médiatique. D'où ma petite déception dans les mois qui ont suivi. Mais avec le temps j'ai su apprécier sa personnalité, et surtout ses oeuvres et ses écrits. 
N'étant pas une grande bibliophage, je n'ai pas TOUT lu, seulement des extraits par-ci par là, et ses encycliques: "Dieu est amour" et "Sauvés par l'Espérance".
C'est un érudit, un grand théologien, et il parle de Dieu avec beaucoup d'amour dans sa trilogie sur Jésus. Vous pouvez retrouver l'ensemble de ses écrits ici. Il n'a pas été avare en réflexions et en littérature!
De son pontificat, nous garderons l'image d'un homme pieux, humble, soucieux de garder la barque de l'Eglise à flot, contre vents et marées, soucieux aussi de nous transmettre l'essentiel de la Foi. 
Il a été beaucoup critiqué, mais quel personnage à hautes responsabilités ne l'est pas?
Ce qui compte c'est surtout les choses positives qu'il a faites, l'exemple qu'il a montré, sa foi, et tout ce qu'il nous laisse en héritage.
Maintenant, nous allons prier et nous en remettre à l'Esprit-Saint, Celui qui guide les choix et fait vivre l'Eglise. Que Dieu nous envoie un pape assez résistant pour supporter les tempêtes que nous traversons dans notre monde si plein de contradictions. Un pape qui nous aide à tenir bon en tant que Chrétiens, qui nous rappelle sans cesse le message d'amour du Christ, qui veille sur son troupeau, qui fasse fleurir la paix ci et là dans ce monde en crise.
Merci Très Saint Père pour nous avoir accompagnés jusqu'à aujourd'hui, merci pour tous vos efforts dont nous n'avons vu que la pointe de l'iceberg. Merci d'avoir accepté tout ce temps, et malgré votre âge et votre petite santé, le poids de la charge qui vous incombait. Merci pour ce merveilleux exemple du don de soi, fait avec amour et désintéressement. D'ailleurs, sans ces deux éléments, personne ne pourrait endosser le rôle de Pape. Un pape n'est pas un président, il ne cumule pas des retraites en or à chaque poste politique clé de son parcours et ne se prépare pas un bon petit matelas confortable pour ses vieux jours. Un pape, s'il ne meurt pas dans l'exercice de ses fonctions, se retire en silence, sans grandes pompes, dans une petite abbaye, un ermitage, ou un appartement au Vatican, avec son chat et sa Bible pour seuls compagnons.
Un bien bel exemple cette façon de renoncer à cette charge à cause du corps et de l'esprit qui ne suivent plus. Une belle leçon d'humilité!

2 commentaires :

  1. J'admire la sagesse de cet homme qui a su humblement se retirer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, on ne pourra pas dire qu'il était avide de pouvoir et de gloire. Le pauvre homme. Ce qu'il a fait est une belle leçon d'humanité et d'humilité. Un exemple qui devrait faire réfléchir beaucoup d'hommes de pouvoir.

      Supprimer

Ici on peut tout se dire, mais dans le respect et la bienveillance. Pour rendre l'échange plus sympathique, évitons l'anonymat ! Merci !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Ecologie

Origine Théorie du Genre

IVG Espagne caméra cachée

La Révolution Française

Les Réseaux

Me suivre par Email

Mes tweets

Design