Qui est Stephix ?

33 ans, maman de trois enfants de 7 ans, 4,5 ans, et 19 mois + 1 BB en route ! Working mama en freelance après 5 ans de congé parental. Heureuse de cette expérience, d'avoir été aussi disponible pour mes petits et d'avoir enfin réalisé mon projet: allier travail et vie de famille tout en restant chez moi. Sur facebook vous me retrouverez en cherchant "les blogs de stephix", parce que j'en ai 4 et j'ai voulu les regrouper. Bonne lecture et surtout bons échanges!

[Lire la suite...]

Fourni par Blogger.

Le Top 8

Recherche

Archives

Hier j'ai vécu une super journée de formation de 
Prévention et Secours Civiques de niveau 1 (PSC1)
Des gestes à apprendre pour sauver des vies, en attendant l'arrivée des secours professionnels. 

Ils sont simples à réaliser, ils suivent une logique, un ordre, une technique qu'il vaut mieux respecter, et donc cela ne s'improvise pas. Si on veut donner toutes ses chances à la victime d'être sauvée, il faut les apprendre. 
Une journée par an, ou une journée dans sa vie si on ne souhaite pas faire les mises à jour, ce n'est vraiment rien, et surtout ON PEUT SAUVER DES VIES.
Si cela signifie quelque chose pour vous, si vous souhaitez :

savoir comment on sauve un nourrisson qui ne respire plus, 
un enfant qui fait une fausse route, se brûle, tombe du haut d'un toboggan,
un adulte qui a été accidenté, blessé, saigne abondamment,
une personne âgée qui fait un malaise, un AVC, une crise cardiaque...

Ne passez pas à côté de cette chance de les sauver.
Inscrivez-vous à une formation près de chez vous. 
ça ne dure qu'une journée, l'ambiance est top, et on en ressort plus fort et plus fier d'avoir fait quelque chose de bien et d'utile. Ça aide aussi à renforcer la confiance en soi.

Désormais je possède ce savoir, je connais ces gestes. Je me sens plus rassurée car je saurai quoi faire si un cas se présente à moi. 
Plusieurs fois par le passé j'ai paniqué dans des situations d'urgence, comme ce cas d'une femme s'étouffant et devenant bleue sous mes yeux, sans que je sache quoi faire en dehors d'appeler les secours. Heureusement qu'il y avait une autre personne pour lui faire les premiers gestes de secours avec précision, ça lui a sauvé la vie. Sinon elle serait morte sous mes yeux. 

Quelle impuissance dans ces moments-là, et c'est bien dommage car des drames pourraient être évités si on savait TOUS faire ces gestes. Je trouve même que ce devrait être obligatoire dans les écoles, lycée, fac, au boulot. 

Officiellement on peut se former dès l'âge de 10 ans. 

Dans notre groupe, il y avait 2 enfants de 12 et 13 ans. Ultra motivés ! Je ne pensais pas qu'on pouvait avoir autant d'intérêt pour sauver des vies à cet âge ! Ils étaient toujours volontaires, toujours la main levée pour se proposer pour faire les exercices pratiques, tantôt victimes, tantôt sauveteurs. Ils ont assuré un max ! Ils savaient même se servir d'un défibrillateur. 

Nous étions tous scotchés, la formatrice la première !

C'est décidé, mes enfants la feront dès qu'ils en auront l'âge, mais en attendant je vais pratiquer régulièrement ces gestes avec mon aînée de 4 ans pour qu'elle les mémorise, car juste une position latérale de sécurité peut déjà sauver une vie. Ce n'est pas compliqué à faire, mais il faut un peu d'entraînement tout de même. 

Comment se déroule une journée de formation ?

Suivant l'endroit où on la fait, selon l'organisateur, des choses peuvent être varier, mais ici ça a commencé par un agréable moment autour d'un ptit déj offert. Pains au chocolat, café, jus d'orange etc.

Ensuite on a fait un rapide tour de présentation, le prénom et pourquoi on voulait se former aux premiers secours. Pour moi, c'était l'argument des enfants, surtout, être capable en tant que maman de savoir quoi faire quand mon enfant se brûle, s'électrocute, tombe d'une certaine hauteur, ne respire plus, s'étouffe etc. Je suis tout le temps avec eux, je gagnerai donc un temps fou si je fais ce qu'il faut tout de suite.

Différents thèmes ont été abordés, toujours avec des panneaux de mise en situation pour visualiser la scène. Nous devions tous réagir, dire ce qu'on savait, ce qu'on pensait devoir faire. La participation permettant de mieux intégrer les infos. La formatrice nous disait ensuite les choses à faire, les choses à ne surtout pas faire. On pouvait poser des questions si on voulait mieux comprendre et avoir des précisions. 

Ensuite nous avons eu des cas pratiques. C'est-à-dire qu'une personne volontaire pour être sauveteur sortait de la salle. Pendant ce temps la formatrice décidait avec les autres d'un cas pratique à lui donner. 


Par exemple, en ce qui me concerne, elle avait préparé le cas d'une personne qui s'étouffe et ne respire plus. 
Elle est venue me chercher dehors et c'était comme un jeu de rôle.



Elle a pris un air affolé, m'a demandé si j'étais secouriste, si je pouvais faire quelque chose pour son amie.
Je suis entrée, j'ai observé la personne, un rapide coup d’œil sur la pièce pour avoir des indices de ce qu'il se passait.
La personne n'émettait aucun bruit, aucune toux, se tenait la gorge avec ses mains cherchant visiblement de l'air sans arriver à respirer.
J'ai fait les 5 tapes fortes dans le dos entre les omoplates en la penchant légèrement vers l'avant.
Voyant qu'elle ne respirait toujours pas, j'ai fait la technique du point de compression sur l'estomac en remontant vers le haut (manoeuvre de heimlich), 5 fois, puis de nouveau 5 tapes dans le dos, et là elle a recraché et a recommencé à respirer.
Je lui ai posé des questions pour savoir ce qu'il s'était passé, si elle allait mieux. J'avais la possibilité d'appeler les secours mais elle disait que ça allait mieux donc je ne l'ai pas fait. 


Voilà pour la matinée. Ceux qui le désiraient pouvaient aller manger un bout ensemble au restaurant entre midi et deux. Puis l'après-midi nous nous sommes retrouvés, et afin d'éviter tout endormissement postprandial, nous avons fait tout plein d'exercices pratiques après les exposés théoriques. 


C'est là que nous avons appris à reconnaître les signes d'un malaise, à avoir les bonnes réactions. Une série de 5 questions à poser à la victime pour mieux informer les secours quand on les appelle. La position à adopter. 

Nous avons aussi appris à faire le massage cardiaque avec insufflations sur des mannequins (bébé, enfant et adulte), 
puis à utiliser le défibrillateur. c'est génial d'ailleurs ce truc. Mais c'est sûr que si on ne l'a jamais vu fonctionner, on va être moins réactifs et moins efficaces pour l'utiliser rapidement dans l'urgence. 
Si vous voyez une personne faire un malaise cardiaque, qu'elle ne respire plus du tout, que son coeur s'est arrêté, et que vous savez qu'il y a un défibrillateur dans le coin (souvent près d'une pharmacie, d'un centre commercial, d'une mairie, etc), courrez en chercher un et suivez les instructions. L'appareil vous dictera aussi ce qu'il y a à faire, mais il se contentera de donner un choc et prendre la mesure du rythme cardiaque. S'il vous dit de faire le massage cardiaque, il faudra savoir le faire. Je sais que les méthodes changent tout le temps, donc
si vous voulez être à jour
Mettre la tête de la victime bien en arrière pour libérer les voies respiratoires. 
Ouvrir sa bouche. S'assurer pendant 10 bonnes secondes par l'écoute qu'elle ne respire plus, en regardant si rien ne bouge au niveau du thorax.
Ensuite c'est 30 compressions thoraciques en comptant à ce rythme: ET 1 ET 2 ET 3 ET 4 ET 5 etc.
Le "ET" compte, ça permet de ne pas aller trop trop vite non plus, même si le rythme doit être soutenu.

Suivies de 2 insufflations, c'est à dire englober la bouche de la personne en posant notre bouche par dessus et autour de la sienne, sans fuite d'air, et pincer le nez de la victime pour que l'air ne ressorte pas par là. 
Souffler une fois doucement et progressivement (pas d'un coup sec pour éviter que l'air ne finisse dans l'estomac et que la victime inconsciente ne vomisse) et regarder en même temps si les poumons de la victime se soulèvent. Répéter ce geste une deuxième fois de la même façon.
Puis recommencer les 30 massages et ainsi de suite jusqu'à l'arrivée des secours. Le tout en laissant les patch du défibrillateur en place (si on a pu en installer un) pour les prochaines mesures et consignes de l'appareil. 
Pour les enfants et nourrissons il y a des patch adaptés et qui se positionnent différemment. Un sur la poitrine et un autre derrière entre les omoplates pour que le courant traverse bien le coeur. La charge est plus modérée.

Une fois que tout le monde est passé en tant que sauveteur dans des cas pratiques, nous en avions terminé. La formation a commencé à 9h et s'est finie vers 17h, en étant très cool sur les horaires et en prenant une bonne pause repas. Je n'ai pas ressenti de pesanteur, de longueur, c'est passé très vite, et nous avons été très assidus et actifs. Les exercices tous très bien expliqués avec vérification de la formatrice pour nous corriger. Franchement, c'était top !

Chaque participant recevra son diplôme officiel. Après cette journée, je souhaite approfondir et apprendre des gestes plus médicaux, plus compliqués. Je vais voir quelle formation s'adapterait à mes souhaits.
L'organisme nous ayant dispensé la formation était ici la Croix Blanche de l'Essonne. Je n'en avais jamais entendu parler auparavant.

On peut se renseigner pour trouver une formation près de chez soi, par les pompiers, la Croix-Rouge etc. Certaines assurances remboursent les frais de formation qui s'élèvent généralement à 60 euros pour une formation de base comme celle-ci.
Ici c'est au travers du club sportif de ma ville que j'ai pu avoir une réduction, me permettant de ne payer que 15 euros, ce qui est quand même plus abordable pour les petites bourses.
Il était question de faire un crédit d'impôt pour se faire rembourser de cette façon, je ne sais pas où ça en est. Demandez aussi à votre CE si vous en avez un, ils peuvent financer vos formations.

Faites-le vraiment ! Vous n'avez pas idée du bien que vous pourrez faire autour de vous ! Chaque année 20.000 morts pourraient être évitées si l'entourage connaissait les premiers gestes de secours. C'est énorme.

Alors ? Motivés ?
Voici des vidéos pour mieux voir la pratique. Mais rien ne remplacera la formation où l'on peut avoir plein de conseils précis, plein de réponses à nos questions et s'entraîner jusqu'à ce que le formateur valide.


0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Ici on peut tout se dire, mais dans le respect et la bienveillance. Pour rendre l'échange plus sympathique, évitons l'anonymat ! Merci !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Ecologie

Origine Théorie du Genre

IVG Espagne caméra cachée

La Révolution Française

Les Réseaux

Me suivre par Email

Mes tweets

Design