Qui est Stephix ?

33 ans, maman de trois enfants de 7 ans, 4,5 ans, et 19 mois + 1 BB en route ! Working mama en freelance après 5 ans de congé parental. Heureuse de cette expérience, d'avoir été aussi disponible pour mes petits et d'avoir enfin réalisé mon projet: allier travail et vie de famille tout en restant chez moi. Sur facebook vous me retrouverez en cherchant "les blogs de stephix", parce que j'en ai 4 et j'ai voulu les regrouper. Bonne lecture et surtout bons échanges!

[Lire la suite...]

Fourni par Blogger.

Le Top 8

Recherche

Archives

Elle avait pris du temps pour récurer sa cuisinière...
La tâche noire était bien trop encrée, elle ne pouvait lutter d'avantage. Elle replaça chaque élément et, pour gagner du temps, décida de se préparer un petit café noir, comme elle l'aimait tant. Elle sortit pour l'occasion sa petite Moka italienne en fer blanc, celle qui l'avait accompagnée tout au long de ses études romaines et qui lui rappelaient cette bonne vieille époque qu'elle regrettait tant. Pendant que la magie de la cafetière opérerait, elle aurait le temps d'aller nettoyer un peu sa salle-de-bain qui était dans un état bien crasseux. Elle tria et rangea les affaires, passa un coup d'éponge par-ci, par-là, satisfaite du résultat immédiat.

Quand soudain l'odeur du café vint lui titiller les narines, lui rappelant ainsi qu'il était l'heure de sa pause post-prandiale tant méritée ! Ni une ni deux, elle sortit de la salle de bain et courut dans la cuisine, le sourire aux lèvres, avec pour seule inquiétude que ce dernier n'ait point trop bouilli. "Café bouillu café foutu" murmura cette petite voix indécrottable dans sa tête.
Quel ne fut pas son désarroi quand elle s'aperçut que la cafetière si légère et si petite, n'avait pas supporté les secousses de l'ébullition, et s'était renversée, répendant sur sa toute propre cuisinière, une flaque brunâtre qui ne cessait de couler jusqu'au sol... Les flemmes s'étaient éteintes mais le gaz, lui, avait poursuivi sa petite balade aérienne dans toute la maison aux fenêtres closes, manquant d'asphyxier le bébé qui pleurait dans son parc...

En colère, et désespérée à la fois, voyant ce petit moment de bonheur fugace s'éloigner d'elle, elle re-nettoya sa cuisinière, et réalisa que non, dommage, le café chaud n'aidait même pas à enlever cette vieille tâche noire tenace...Fichtre !

Entêtée, avec cette seule idée qui la hantait: "réussir mon café et le boire tranquilou sur mon canapé tout doux", elle fit refroidir sa Moka sous un filet d'eau froide, rajouta de l'eau dans la cuve du fond, puis revissa l'ensemble. Elle remit la cafetière sur le gaz, sortit de la cuisine pour vérifier pourquoi son bébé continuait à pleurer et refusait de faire sa sieste, puis en profita pour lancer une machine. Avec elle, toute occasion de laver, ranger, et rendre la maison plus accueillante était bonne à prendre, et c'était autant de temps de gagné.

De nouveau l'odeur du café chatouilla ses narines. De nouveau elle se rappela que "le café c'est sacré" et qu'il fallait se dépêcher et vérifier que cette fois, il n'y avait pas eu de catastrophe.
Tout se présentait plutôt bien, et au moment de prendre la cafetière pour se servir, elle lui glissa des mains, le café bouillant se renversa...sur elle. Sur son pantalon 100% synthétique.  "Noooooon !!!" S'écria-t-elle les larmes aux yeux ! "J'en ai marre ! Ce n'est pas possible ! Qu'est-ce que j'ai fait au Bon Dieu pour mériter ça !"
Elle fila vite à la buanderie pour mettre son pantalon au sale, chercha une fois de plus à comprendre pourquoi son bébé continuait à pleurer dans la chambre attenante. Elle constata au passage, le don de son fils pour le cinéma puisqu'il simulait à la perfection l'enfant sage dormant, ne bougeant pas d'un poil, espérant tromper sa mère, un sourire en coin...Mais tant pis...Elle décida de fermer la porte de la chambre, menaçant ses petits de se transformer en monstre s'ils refusaient de dormir.

Hésitant cette fois-ci à réutiliser sa Moka, elle alluma l'autre machine, l'électrique, mais une force la poussa à l'éteindre, pour aller jusqu'au bout de ce qu'elle avait commencé. "Non ! Je veux mon café dans ma cafetière d'étudiante romaine, je veux mon petit bout d'Italie, mes souvenirs, ma Dolce Vita, mon insouciance d'antan". Pensant gagner du temps, elle ne rajouta que l'eau dans la cuve, et remit le tout sur le gaz, avec un système plus stable. Elle attendit et se réjouit de se servir enfin un bon café...
Sauf qu'une autre catastrophe arriva...Elle était allée un peu vite en besogne. Ne pas changer le café dans le filtre, même s'il était bien chargé ! Quelle bêtise ! Non, cette fois point de gaz volatile, point de flaque de café au sol ni sur le pantalon, juste un café lavasse, jus de chaussette, café de bonne soeur.
Plus têtue qu'une mule, elle recommença tout. Et à ce stade-là c'était clairement de l'acharnement. Dévisser la cafetière, la vider, la nettoyer vite fait, remettre du café, de l'eau, visser la cuve, remettre le tout sur le gaz, attendre. Cette fois-ci, plus question de s'éloigner, tout contrevenant à la paix du logis serait sévèrement puni. Au doux son du fshtrfshrfshrfshr, elle sut que cette fois c'était la bonne.

Tant de mal pour un café qui au fond ne comptait pas parmi les meilleurs qu'elle avait pu goûter...
Quand enfin elle put se poser pour le boire, elle ne put se détendre, parce que le bébé pleurait encore, sans raison apparente, parce que l'aînée posait plein de questions pour préparer une surprise pour l'anniversaire de son papa, parce que le petit acteur n'avait plus envie de dormir, parce qu'il fallait répondre à un coup de fil, puis deux, puis les abréger en se promettant de se rappeler dans 15 ans quand les enfants n'en seraient plus.

Elle comprit enfin, et pour la première fois de sa vie de mère, pourquoi ses copines mamans détestaient autant les vacances avec leurs enfants...Elles avaient juste oublier de préciser que c'était des vacances à la maison sans aucune échappatoire...

Et en plus...il faisait un temps à ne pas mettre un chien dehors...

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire

Ici on peut tout se dire, mais dans le respect et la bienveillance. Pour rendre l'échange plus sympathique, évitons l'anonymat ! Merci !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Ecologie

Origine Théorie du Genre

IVG Espagne caméra cachée

La Révolution Française

Les Réseaux

Me suivre par Email

Mes tweets

Design